Mieux protéger le droit à honoraires…

La jurisprudence ne nous soutient pas toujours, voici encore un exemple. Au cours de nos formations de mandataires en immobilier ou d’agents immobilier, nous abordons le sujet de la collusion, c’est à dire la volonté qu’aurait deux clients de s’entendre sans le professionnel qui les a effectivement mis en relation. Une fois encore les juges favorisent le consommateur si nos bons de visites ou demandes de visites ne sont pas explicites. A lire l’arrêt de la cour de Cassation de fin décembre 2017, il faudrait pratiquement établir un mandat de recherche avant visite. Ou du moins que les bons de visite ou demandes de visite précisent clairement que l’acquéreur s’interdit de prendre contact directement avec le vendeur que nous lui présentons, et ce, même au-delà de la validité d’un mandat (12 mois après sa résiliation) sinon il sera redevable de nos honoraires s’il acquière le bien sans notre concours. 

2 réflexions au sujet de « Mieux protéger le droit à honoraires… »

  1. nicolearrighi@yahoo.fr'Arrighi

    j’ai oublié de vous signaler que cette personne n’arrêtait pas de dénigré le bien en disant je site (« le quartier est pourri et ce n’est pas versaille » que dois je penser de cette attitude? Il me semble qu’il est impossible de vendre avec cette réaction réactive. Vu que le mandat n’est pas numéroté ni daté et certaines pages même pas signées par les propriétaires .le mandat est ‘il caduque. Merci de votre réponse

    Répondre
    1. Le Bon Agent Auteur de l’article

      Il n’y a pas de quartier pourri, il y a des quartiers adaptés à chacun et selon le besoin des uns et des autres. Chacun à des priorités, des besoins, et parfois le simple fait d’avoir besoin d’un toit même si ce n’est pas Versailles, est un luxe appréciable. J’espère que ce commercial ne sera jamais SDF…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*