Les effets pervers de la Loi Alur

Et si les Syndics ou les notaires prenaient encore plus de pouvoir ?

Je me demandais si les syndics, comme les notaires pouvaient tout à coup ralentir la France ? et nous substituer nos ventes ?

Depuis cette nouvelle Loi ALUR, nous avons l’obligation de réclamer à nos vendeurs parmi une certain nombre de pièce, leur pré-état-daté et, un état hypothécaire. Et pour gagner du temps, l’idéal c’est de lui demander dès la signature du mandat.

Le vendeur très obéissant, appel son syndic pour le premier document et son notaire pour le second, les deux pouvant disposer d’un service commercial très actif. Et voilà, notre vendeur, enrôlé dans une conversation avec ses prestataires, qui voyant l’affaire intéressante, finissent respectivement par lui donner un mandat.

Le fait de demander ce pré-état-daté informe tous les syndics sur les ventes de biens dans leur portefeuille, il en va de même pour l’état hypothécaire sollicité auprès du notaire.

Voilà donc un effet pervers donnant plus de pouvoir aux syndics, qui disposent déjà d’un bon nombre de documents à fournir pour le mise en vente et pourrait faire de la rétention de pièces afin de bloquer une vente et reprendre celle-ci à leur compte. Il faut être certain que ces pièces doivent être disponibles sous 48h à première demande ! Il en va de même avec les notaires qui obtiennent les états hypothécaires en 3 ou 4 jours contre 3 semaines pour un agent immobilier, le premier étant facturé 11€ alors que le second, l’agent immobilier, doit verser 55 € par état et par lot!

Quelle est la solution ?

Attendre le plus longtemps possible pour réclamer ces pièces ? Mais prendre le risque de perdre un acquéreur ?

Ou le demander dès le début et prendre le risque de perdre le vendeur ?

Nous avons pris le parti de collecter l’ensemble des documents le plus tôt possible, à savoir à la prise de mandat, même si cette qualité n’est pas toujours récompensée! Nous nous devons d’apporter du sérieux et de la fiabilité pour que le projet de transaction animant acheteur et vendeur soit mené à bien! A nous gouvernant de mettre de l’ordre dans ses réformes, afin que le marché ne se sclérose pas, par une accumulation de règles aux effets pervers!

Sylvie DEODATO (Auditrice Le Bon Agent Paris)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*