Le gouvernement ralentit l’Alur

photoministre_pinelSylvia Pinel et surtout le gouvernement Valls ne sait plus comment se dépêtrer des mines qui ont été laissées par Cécile Duflot à travers sa Loi Alur. En effet, les décrets d’application tardent à sortir (RTL parle même d’effets pervers…)! Un pas en avant pour 4 en arrière et on reporte comme d’habitude des décisions en expliquant qu’il faut encore réfléchir. Ainsi certains textes seront enterrés sans que le gouvernement ne perde la face en reconnaissant que cette Loi est plus bloquante que saine! Personne ne s’en satisfait et chaque camp dénonce les erreurs d’orientation qui ont été prises! Il est temps de se remettre autour de la table, de faire évoluer sainement notre profession dans l’intérêt non seulement des consommateurs, mais aussi des collaborateurs tentés par ce métier passionnant mais souvent mal abordé par des professionnels qui ne prennent pas le temps d’apporter les outils nécessaires à leurs collaborateurs.

Plutôt que d’offrir un vrai métier, nous finirons pas créer des dégoutés de cette profession de négociateur, pas suffisamment formés et accompagnés.

Imposons une formation qualifiante à tous (quel que soit le niveau scolaire), allégeons la mise en place des promesses de vente plutôt qu’allonger les temps de transfère de propriété, laissons le marché se réguler et ne tentons pas d’imposer des plafonds d’honoraires ou de loyer, ce sont les consommateurs qui déciderons et choisirons les professionnels qui leur conviennent !

En conclusion, il est urgent de rassurer les consommateurs et les investisseurs! Bougeons l’immobilier et aidons les particuliers à se loger!

 

Une réflexion au sujet de « Le gouvernement ralentit l’Alur »

  1. Emmanuel Axelrad

    Il est certain que la masse incroyable de documents requis par la loi Alur est un frein énorme aux transactions. Surtout, si un document vient à manquer, on ne peut purger le délai SRU, laissant par là même de plus grandes possibilités à l’acquéreur de trouver un autre bien…
    Sur le terrain on s’aperçoit de la nécessité d’avoir des professionnels formés pour pouvoir répondre aux attentes des particuliers…
    Le Bon Agent répond à cette exigence à travers ses 160h de formation la première année !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*