Devoir de conseil et informations délicates?

A la vente d’un bien immobilier si celui-ci a connu des évènements délicats, graves ou violents, la jurisprudence sanctionne de plus en plus le défaut de conseil si le professionnel de l’immobilier n’en parle pas à ses clients.

A l’issue d’un crime, d’un suicide ou de faits suffisamment graves, le professionnel de l’immobilier comme le vendeur sont tenus par l’obligation d’information. A défaut, l’acquéreur est en droit d’invoquer le dol pour demander soit réparation soit l’annulation de la vente, s’il estime que cette information était primordiale pour déterminer son engagement.

2 réflexions au sujet de « Devoir de conseil et informations délicates? »

  1. contact@ileoreveimmobilier.com'Achat immobilier RES Maurice

    Je trouve d’ailleurs qu’en matière de transaction surtout immobilière, toutes les informations sont classées délicates vu qu’on ne connait pas exactement le gout de l’acheteur, même s’il a déjà évoqué au préalable ses besoins! Quoi qu’il en soit, je pense que cela fait partie de l’éthique des agents immobiliers non?

    Répondre
    1. Le Bon Agent Auteur de l’article

      Il est effectivement de notre ressort de poser de bonnes questions tout en restant respectueux dans la relation commerciale, mais en cherchant à obtenir des informations suffisantes pour réussir le projet immobilier de nos clients.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*