Agent immobilier vs réseau de mandataires?

Un pan de la profession semble émettre une distinction entre ces deux notions ou formes juridiques, afin de séparer l’agence immobilière en boutique de celle en réseau. Etonnant de constater qu’un site réservé aux agents immobilier, qui souhaite bousculer Se Loger et le Bon Coin en même temps, n’intègre pas les réseaux de mandataires indépendants. Considérés comme un sous produit ou un sous professionnel, les réseaux de mandataires n’existent pas aux yeux des franchises traditionnelles ou des syndicats qui n’osent s’opposer à leur plus gros cotisants!
Or le statut juridique de réseau de mandataires n’existe pas! Donc nous sommes tous des agents immobiliers avec plus ou moins de collaborateurs ou de mandataires en immobilier. D’autant que la plupart des agences immobilières de quartier travaillent avec des mandataires indépendants.

Par conséquent la réponse à la question initiale, est qu’un réseau de mandataires est tout bonnement un agent immobilier avec beaucoup de mandataires. Que l’on soit en agence de proximité ou sur le web ou en bureau, chacun exerce dans les mêmes conditions professionnelles, avec les mêmes règles et avec les mêmes objectifs, servir au mieux leurs clients.

6 réflexions au sujet de « Agent immobilier vs réseau de mandataires? »

  1. dayana.fitton@gmail.com'Immobilier à l'île Maurice

    De mon point de vue, l’absence de statut juridique n’est pas un problème majeur : seule compte vraiment la pratique. A l’île Maurice par exemple, les mandataires n’ont pas non plus de statut juridique, mais dans la pratique, leurs réseaux ont un poids extrêmement important. Pas une seule transaction immobilière sans qu’un mandataire n’intervienne alors même que les agences immobilières ne sont légalement pas obligés d’y recourir.

    Répondre
    1. Le Bon Agent Auteur de l’article

      Intéressant, je suis d’accord avec vous, dès lors que les agents commerciaux disposent d’une réelle formation, sanctionnée par une licence les habilitant à agir pour réaliser des intermédiations immobilières.

      Répondre
  2. contact@gerald-bouillaud.com'Gérald Bouillaud

    A mon avis, il existe un amalgame entre la profession de mandataire immobilier et celle d’agent immobilier, car si ces deux métiers présentent des similitudes notamment en matière de rôles et de missions ; ils sont pourtant bien différents. Mais le but reste le même, comme vous le dites, servir les clients.

    Répondre
    1. Le Bon Agent Auteur de l’article

      En effet, il subsiste des similitudes entre ces deux statuts et répondre aux attentes des clients sont des éléments essentiels de ces deux fonctions. Cependant, les missions ne sont pas pleinement identiques. L’agent commercial, travaille sous le contrôle d’un agent immobilier (sauf quand il n’a qu’un pack à régler sans soutient de son mandant), il ne peut prendre que des mandats, pour assurer l’intermédiation entre vendeur et acquéreur. Alors que l’agent immobilier est autorisé à rédiger des actes, des expertises, des promesses de ventes et des conseils juridiques. C’est pourquoi il me semble préférable de distinguer ces deux métiers, le porteur de la carte professionnelle, reste un agent immobilier, alors que ses collaborateurs peuvent tout à fait être identifié par la dénomination de mandataire indépendant en immobilier.

      Répondre
  3. dayana.fitton@gmail.com'Immobilier à l'île Maurice

    Distinguer les deux métiers, l’idée n’est pas inintéressante sauf qu’on ne vit pas dans un monde idéal. Ces mandataires indépendants sont les bras armés des agents : la puissance des réseaux en immobilier repose sur les missions confiées à ces mandataires. Bon, à la limite, je pense donc plutôt que les agents devraient pouvoir déléguer certaines de ses attributions légales comme les expertises, les promesses de vente, pour reprendre vos exemple. Je suis pragmatique et je me focalise toujours sur ce qui est faisable, ce qui correspond à la réalité « sur le terrain ».

    Répondre
    1. Le Bon Agent Auteur de l’article

      Je suis tout à fait en phase avec vous, je pense même qu’une formation « validante », pourrait faciliter ce transfert de compétence, selon une expérience acquise de plus de 3 ans par exemple.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*