A l’Alur d’un Macron… ce qui attend les agents immobiliers?

Nous attendons incessamment sous peu la sortie de la suite de la Loi Alur, qui est en gestation depuis plusieurs mois. Il ressort que les cartes professionnelles dites « carte T » seront renouvelables tous les 3 ans. Celles des agents commerciaux, mandataires indépendants dites « Attestations préfectorales » seront calées sur celles de leur mandant (l’agent immobilier).  Dorénavant les Chambres de Commerces et d’Industries seront responsables de la délivrance des cartes professionnelles. Comment vont se dénommer les anciennes attestations préfectorales?

La formation va rentrer dans le champs des textes de la Loi, avec, non pas une formation initiale obligatoire, mais de la formation continue obligatoire. Devrait sortir une durée minimale de 14 heures par an. Nous travaillons actuellement sur le formalisme de ces formations, de leur validation et de la prise en charge.

Le point qui me semble essentiel et que j’ai mis en avant, c’est celle la validation et la qualité des formateurs. Il va y avoir un vrai débat autour du niveau des formations et des formateurs.  Car un mandataire devenu acteur de l’immobilier depuis moins d’un an, n’a pour moi aucune compétence réelle pour former sérieusement des mandataires. Lire un power point n’a pas la valeur d’une animation pédagogique, ni de l’acquis de l’expérience sur le terrain, Il faut un peu plus de recule pour pouvoir affirmer maitriser les arcanes d’un métier plus complet qu’il ne le semble aux candidats à l’activité de mandataire indépendant.

Au sein du Bon Agent, nous assurons déjà une formation initiale de 15 jours, plus une formation continue à la carte pour ceux qui apprécient d’améliorer leurs compétences, mais surtout nos formateurs sont de vrais acteurs de l’immobilier depuis plusieurs années et ils maitrisent les bases de la pédagogie de formation dans ce domaine.

La Loi Hamon avait déjà portée le délai de rétractation des vendeurs à 14 jours après signature d’un mandat dans le cadre du démarchage à domicile. La Loi Macron se cale sur cette durée pour porter l’ancienne Loi dite « SRU » de 7 à 14 jours pour les acquéreurs qui souhaiteraient annuler leur acquisition… Comment fragiliser la confiance des ménages avec de telles dispositions ? Je ne peux pas acheter avant 14 jours Loi Hamon, je ne suis pas sûre d’avoir vendu Loi Macron! Et c’est le 14 impair (pour se protéger de la pluie) et manque qui gagne !!

Alur,, Hamon (devenue Loi de Protection du consommateur) et Macron un trio qui aura bousculé la profession mais toujours dans un sens constructif !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*