Accueil > Guide du mandataire immobilier > Les charges de l’agent commercial en immobilier

Les charges de l’agent commercial en immobilier

Les charges de l’agent commercial en immobilier

Une question récurrente avant de se lancer dans l'activité de négociateur en immobilier sous le statut d'agent commercial : Quel statut? Quelles charges ? Ses coûts de démarrage et de gestion (par mois) ?

Agent commercial en immobilier : Quel statut fiscal ?

Le statut fiscal le plus adapté pour commencer dans l'immobilier en tant d'indépendant est celui de l'auto-entrepreneur. Il est facile d'accès, simple à gérer et faible en charges. Il faut également s'inscrire au Régime Spécial des Agents Commerciaux, c'est en remplissant ce formulaire que vous optez pour le régime de l'auto-entrepreneur.
L’auto-entrepreneur bénéficie d’un régime simplifié que ce soit pour les calculs comme pour les paiements des cotisations et contributions sociales obligatoires.

Les charges sociales en tant qu’auto-entrepreneur en immobilier

Les charges sociales personnelles se calculent en pourcentage et en fonction de son chiffre d’affaires réalisé, voir ci-dessous :

  • 22.9 % du chiffre d’affaires (BIC et BNC),

Les charges sociales ainsi calculées sont définitives et font l’objet d'aucune régularisation contrairement aux modalités de calcul habituel.

Le forfait social intègre l'assurance maladie-maternité, les indemnités journalières, le régime invalidité et décès, la CSG/CRDS, les allocations familiales, la retraite de base, la retraite complémentaire obligatoire.

L'auto-entrepreneur paye aussi :

  • La contribution à la formation professionnelle calculée en pourcentage du chiffre d'affaires : 0,10 % pour les commerçants.
  • La taxe sur frais de chambre de commerce et d'industrie.

Ainsi il dispose du droit à la formation professionnelle, ce qui permet de faire prendre en charge la formation continue selon de décret de la Loi Alur.

Cotisations fiscales : Sur option, l’auto-entrepreneur peut également payer, chaque mois ou chaque trimestre, l’impôt sur le revenu (IR) lié à cette activité en fonction d’un pourcentage de son chiffre d’affaires :

  • 2,2 % pour les autres prestations de service (BNC)

Pour y prétendre, l’auto-entrepreneur doit avoir opté pour le régime micro-social simplifié et avoir un revenu fiscal de référence de moins de 26 631 € par part de quotient familial en 2014.

Le calcul du forfait social et de l’impôt sur le revenu se fait en appliquant un pourcentage au chiffre d’affaires.

Charges sociales Versement libératoire de l'impôt sur le revenu Total
Autres prestations de services (BNC) 22,9 % 2,2 % 25,1 %

Dès lors que l'agent commercial dépasse les 32 900 € HT de CA, il doit s'inscrire en EIRL et acquitter une cotisation supérieure à 45 %.

Cependant, si le taux est élevé, il faut le comparer à celui d'un salarié. Le salaire net versé à un collaborateur commercial correspond à toutes les soustractions depuis l'encaissement du CA auquel nous déduisons les charges patronales et l'ensemble des cotisations connexes. Nous arrivons à un net assez similaire à celui de l'agent commercial avant qu'il ne paye son impôt sur les revenus.

Agent commercial en immobilier : Le coût de l’installation et de l’exploitation

Autre point de comparaison combien me coûte mon installation en tant qu'agent commercial et mon exploitation ?

Nous vous proposons un tableau comparatif :

LE BON AGENT LES AUTRES
Inscription RSAC (Régime Spécial des Agents Commerciaux 26,82 € 26,82 €
Assurance civile professionnelle Entre 100 et 220 € Entre 100 et 220 €
Frais administratifs TTC (droits d'entrée) 250 €
Comprend :
  • 35 heures de e-learnig,
  • 100 heures de formation power point,
  • 40 heures de formation initiale,
  • logiciel de pige et de transaction,
  • 250 cartes de visite,
  • 500 flyers,
  • 4 panneaux,
  • 10 pochettes commerciales.
Entre 150 et 600 €
Redevances mensuelles 0 € Entre 50 et 480 €
Publicité sur les sites d'annonces
  • Prise en charge dans le pack de base, sur les sites les plus performants et reconnus
  • Pour tout autre support le mandataire est libre de le prendre en charge
(voir en fonction des réseaux)