Le tunnel de Friggit et la crise de l’immobilier?

Le fameux tunnel de Friggit ne doit pas nous rendre frigide.

Les analyses sont faites pour être souvent contredites. En 1850 un analyste prédisait que Paris serait envahi par le crottin de cheval sous 50/80 ans. Il n’avait pas anticipé une évolution de société et l’émergence de l’automobile… Le tunnel de Friggit (sorte de serpent monétaire, appliqué à l’immobilier voulant que lorsque un marché national en sort, il y retournera selon un principe de rééquilibrage que l’on appel une crise) était plus pertinent quand le marché était régulier et que la composition des familles restait stable. Les crises conjoncturelles ont laissé place à une évolution sociétale plus structurelle et plus complexe pour anticiper le risque ou non de crise? Certes il y aura des crises localisées, des difficultés temporaires, mais bien malin est celui qui peut affirmer que l’immobilier va connaitre une crise grave comme en 1990!

Notre société a changé de façon significative. Le nombre de célibataires est en croissance, celui des divorces ne va pas mieux, les mutations progressent en raison des transfères économiques, faisant que le besoin en logement ne cesse de croitre.  Il répond aux familles recomposées, aux couples souhaitant vivre chacun chez soi, au retour des enfants adultes dans la maison parentale, ou encore aux familles qui conservent un logement familial dans leur ville d’origine et occupent un micro logement dans un autre département où l’un des deux parents vit en semaine pour son travail… Donc, si le logement est cher, les sacrifices des ménages restent une priorité pour disposer d’un toit. Tant que les locations seront à ce niveau et que la capacité de construction sera nettement inférieure aux demandes en attentes, le marché risque de conserver son niveau élevé…Avec certes des réajustements à la baisse dans certain secteur et des vases communicants entre région, mais la crise qui couve met du temps à éclore dans le secteur de l’immobilier.

Alors rien de sert de jouer les Cassandre, restons simplement vigilants pour être en phase avec notre marché. Les acquéreurs sont là, les banques maintiennent des taux attractifs, les entreprises du bâtiment semblent avoir des carnets de commande pleins et le renouvellement du patrimoine immobilier tourne toujours dans le cycle du besoin en rénovation et en renouvellement des logements…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*