La publicité en extérieur

La publicité extérieure : Le Code pénal impose à l’agent immobilier de ne pas faire de publicité de nature à induire le public en erreur. Le législateur retient pour principe la clarté des publicités et refuse les interprétations équivoques pouvant duper le consommateur.

L’agent doit rédiger des publicités simples mentionnant le secteur, le quartier, la rue, un nombre de pièces (à moins de 8 m2, ce n’est pas une pièce principale, c’est un débarras). Attention, il arrive que dans l’esprit du client, les cuisines et les salles de bains entrent dans le calcul du nombre de pièces.

Ensuite, on annonce ou non un prix et l’on précise pour les mandants dont la commission est à la charge de l’acquéreur son montant ou son pourcentage.

Il faut faire attention aux superlatifs employés (exceptionnel, inestimable, somptueux, rare) ou aux vitrines truffées d’affichettes « Vendu ». Le client n’est pas naïf et sait comment négocier. Des annonces simples, sans exagération, sont bien plus efficaces. La différence se fera par la présence sur le terrain, la qualité des informations et des conseils fournis.

L’agent immobilier ne doit pas négliger le bon de visite qui reste un moyen de se constituer une preuve des diligences qu’il a effectuées. Il pourrait, le cas échéant obtenir, une rémunération pour le travail réalisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*