La démission d’un collaborateur d’une agence immobilière

 La forme : La loi n’impose aucune forme particulière pour démissionner.  

Ainsi, en principe, la démission peut être verbale (même par téléphone) ou par écrit.  Toutefois, pour éviter toute contestation (preuve de la démission, preuve de sa date …), il est préférable d’en faire état par courrier recommandé avec accusé de réception. L’agent immobilier qui accepte une démission verbale encourt le risque d’une condamnation pour licenciement abusif. Il lui est conseillé de ne jamais accepter une démission verbale et de toujours exiger un écrit ou à défaut d’entreprendre une procédure en confirmation par l’envoi de courriers recommandés jusqu’à obtention d’un dossier permettant de prouver qu’il y a bien eu démission.

Motifs : Il n’est pas nécessaire de préciser les motifs de la démission. Pour être valable, la démission doit procéder d’une manifestation claire et non équivoque de résilier le contrat. A défaut, le Tribunal peut requalifier la résiliation en licenciement.

Bien entendu, la démission ne doit pas être forcée. Elle ne doit pas non plus être irréfléchie et donnée sous l’effet de l’émotion.

Enfin, la démission ne doit pas être abusive, pour nuire à l’employeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*