Doit-on déléguer un mandat de vente?

Les agents immobilier entre eux ont du mal à collaborer dans l’intérêt du consommateur. Le plus souvent l’intérêt personnel prime sur l’intérêt des clients. Or une délégation de mandat de vente en immobilier, tout professionnel pourrait en rêver ! Les plus grands syndicats, les penseurs de notre métier aiment à évoquer un avenir avec un MLS à la française. MLS correspond au fichier partagé chez les américains, permettant ainsi de ne visiter qu’une enseigne pour connaitre le panel de biens immobiliers à céder sur un secteur donné.

En France depuis l’échec retentissant de Home Village (début 2000), puis du FFIP comme du SIA, puis actuellement de l’AMEPI, force est de constater que les professionnels entre eux sont plus des concurrents que des confrères! Difficile de ne pas voir une expérience malheureuse entre pro qui ont décidé de se déléguer un mandat pour mettre en commun leurs forces afin de vendre un bien. Que ce soit un service négligé, un détournement de mandat, un bien dévalorisé pour vendre un autre mandat pris en direct, un échange qui ne va toujours que dans un seul sens, etc…

En effet, un mandat bien rentré doit se vendre sans avoir besoin de l’appui d’un confrère, cependant, un mandat peut revenir dans une agence car le client apprécie le travail qui lui a été proposé précédemment, tout en sachant que le bien n’est pas sur le secteur d’activité de l’agent immobilier ou du mandataire en immobilier. Mais en déléguant il faut être sûr que le confrère va apporter la même qualité de prestation et de service. Or si ce n’est pas le cas, c’est un client perdu !

Donc les règles du jeu doivent bien être établies avant de déléguer, les comptes rendus régulier pour verrouiller le rapport entre le vendeur et son agent immobilier, mais aussi entre le délégant et le délégataire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*