L’article de cette semaine sur Economie Matin

Nous avons publié ce matin notre chronique sur l’immobilier sur le site qui compte plus d’un million d’internautes chaque mois. Sujet que nous avons pas mal abordé et pour lequel j’apporte une nouvelle précision.

http://www.economiematin.fr/news-immobilier-a-qui-revient-la-charge-des-honoraires-d-agence-

Superlatifs, pas toujours super actifs !

Attention aux superlatifs qui font légions dans les métiers du commerce pour nous vanter un produit ou un bien immobilier. En formation des mandataires immobilier, nous vous alertons et mettons l’accent sur les annonces bâclées ou valorisant trop le bien présenté.

Il est du ressort de l’agent immobilier de vérifier les données communiquées par un vendeur, exemple « maison en parfait état »… »Extension possible »… »Idéal pour une piscine »… »Combles aménageables »… »Idéal investisseur » pour un bien difficile à louer, etc…

Un arrêt du 2 février 2017 précise que l’agent immobilier doit être rigoureux et prudent avec ses descriptifs et affirmations. L’acquéreur pouvant invoquer le dol pour des informations communiquées qui s’avèrent erronées à la première vérification de la qualité du bien ou lorsque une demande est présentée pour réaliser des travaux.

Cet arrêt démontre que ce qui semble évident peut se révéler infaisable ! Donc l’agent immobilier ou son mandataire doit rester prudent avant d’avancer des d’arguments pour faciliter la vente! Au mieux, il perd ses honoraires, au pire il peut se voir imposer des dommages et intérêts !

Le Bon Agent un site très consulté !

Notre site ne cesse d’être visité et sollicité par les internautes, nos avons connu une pique à 66 000 visiteurs au printemps et sommes sur des bases régulières de 50 000 internautes par mois consultant notre site.

Merci aussi à ceux qui suivent notre chaine YouTube, https://www.youtube.com/channel/UC3E4pHj_NZdCR9kB8jk82Qg

Avec 160 000 vues nous sommes devenus une référence dans le cadre de la formation immobilière des agents immobiliers et mandataires en immobilier. Que ce soit pour des tutoriels courts, notre formation continue certifiée AFNOR, notre elearning permettant de la formation à distance sans avoir à se déplacer, notre expertise attire également de nombreux particuliers qui posent des questions sur le blog : http://www.lebonagent.fr/blog-immobilier/.

En cette fin d’année scolaire, nous tenions à partager ce point avec vous tous, car notre réseau s’installe dans la durée comme dans la qualité et ce grâce à l’intérêt que vous portez à notre travail, nos informations et nos compétences. Nous restons ouvert et à votre service tout l’été, Bonnes vacances à ceux qui en prennent.

 

Tour d’Europe de l’immobilier, le marché londonien …

L’immobilier à Londres

Londres est l’une des villes les plus chères de toute l’Europe.  L’appartement le plus cher du monde s’y est d’ailleurs vendu en mai 2014, pour 170 millions d’euros. Pour ce prix, le propriétaire dispose tout simplement de 1400 m2.

A Londres, l’immobilier est en hausse depuis plusieurs années et ce en dépit du brexit. Le pic a d’ailleurs été atteint en juillet 2016. Malgré cela, de nombreux français choisissent de s’y installer. Londres est une ville attractive, une grande capitale européenne, économiquement forte et réputée pour la qualité de son enseignement.

En Angleterre, historiquement, tous les terrains appartiennent à la monarchie. De ce fait, l’accès à la propriété est très différent de ce que nous connaissons en France.

Tout d’abord, pas de notaires, mais des avocats.

Ensuite, il faut différencier :

  1. – le Leasehold : le bail, vous êtes propriétaire de la propriété mais pas du terrain sur laquelle elle se situe, vous n’êtes propriétaire que pendant un certain temps allant de 99 à 125 ans. Lorsque le bail expire, la propriété revient sur le marché et donc implicitement, la propriété de la monarchie.
  2. – le Freehold  : possession légale et complète et les droits du propriétaire ne peuvent être modifiés que par la loi.

Les ventes sont passées sous la forme d’un contrat et non d’un acte de vente comme nous en avons en France.

Il y a deux étapes à respecter dans l’acte d’achat :

– l’échange de contrat :

l’avocat du vendeur entreprend des recherches à la fois sur le bien immobilier (qualité des eaux, rapport environnemental, enquêtes auprès des autorités locales etc…) et sur le titre de propriété afin d’en déterminer la qualité©.

  • les parties procèdent à  l’échange des contrats (signature),
  • l’acheteur paye un acompte représentant souvent 10% du prix de vente,
  • la date de réalisation de la vente (« completion date ») sera fixé (en général 2 semaines plus tard).

Avant l’échange des contrats, les parties sont libres de se retirer de la transaction sans qu’il y ait lieu au paiement d’aucune indemnité. Cependant, ce que l’acheteur a payé dans le cadre du travail de recherche sur le bien est perdu.

– la réalisation de la vente (completion) : En cas de manquement à son obligation d’achat, l’acquéreur perdra son acompte de 10% et  pourra payer des dommages-intérêts au vendeur. A l’inverse, en cas de manquement à son obligation de vente, le vendeur devra restituer l’acompte de 10% et sera susceptible de devoir payer des dommages-intérêts à l’acheteur. Dans les deux cas, une exécution forcé de la vente peut être recherchée.

L’avocat de l’acheteur actualise les informations obtenues avant l’échange des contrats et la transaction.

A cela, il faut ajouter le paiement du droit de timbre qui n’est pas négligeable :

  • 0 £ – 125 000 £ 0 %
  • 125 001 £ – 250 000 £ 1 %
  • 250 001 £ – 500 000 £ 3 %
  • 500 001 £ – 1 million £ 4 %
  • 1 million £ – 2 millions £ 5 %
  • Au-dessus de 2 millions £ 7 %
  • Au-dessus de 2 millions et acheté via une société 15 %

D’une manière générale, les biens les plus abordables se trouvent à l’Est de Londres, (comme à Paris!) plus particulièrement à  Dagenham East et Dagenham Heathway  où vous pouvez acheter pour moins de 240.000 £.

Les biens les plus chers sont situés en zone 1. South Kensington, High street Kensington, le quartier français avec le consulat, Knightsbridge et Holland Park. Ces quartiers de Londres sont le plus prisés et accueillent la plupart des expatriés français et européens.

A l’intérieur de cette zone 1, Aldgate East (prix moyen : 536,000 £) propose les prix les plus abordables, puis par Lambeth North (660,000 £), Borough (665,000 £), Waterloo (670,000 £) et Vauxhall (690,000 £). Londres a proposé un plan de la ville par prix moyen par station de métro, ce qui permet de constater qu’il y a un écart parfois énorme entre deux stations!

A ne pas négliger la banlieue Londonienne qui est particulièrement charmante et qui se trouve maintenant très bien desservie, permettant ainsi à des bourses modérées de s’installer dans de belles conditions outre-manche!